Les impôts locaux augmentent : pour quoi faire ?


La majorité municipale nous joue une partition bien connue au sein des collectivités territoriales : le maintien des taux d’imposition (38, 62% pour le foncier bâti et 40, 32% pour le foncier non bâti) qui serait sinonyme de stabilité des impôts. En réalité, il n’en est rien, car les taux d’imposition s’appliquent aux bases fiscales, et si celles-ci augmentent, le produit des impôts augmente également…


L’an dernier, les bases fiscales avaient baissé à cause d’un abattement fiscal de 81 584€ accordé par l’Etat aux entreprises sur leurs bâtiments industriels. L’administration fiscale avait promis une compensation de l’Etat pour rattraper ce manque à gagner pour la commune.


Cette année, les bases fiscales ont augmenté. Le foncier bâti passe de 1 048 275€ à 1 150 000€ tandis que le foncier non bâti passe à son tour de 86 915€ à 89 500€, faisant mécaniquement augmenter les recettes fiscales de la commune. Celles-ci étaient de 439 888, 925€ en 2021 et pourraient dépasser les 480 216€ en 2022 selon les prévisions des services fiscaux.


Nous avons proposé au conseil municipal de lisser les taux d’imposition afin de maintenir les recettes fiscales à leur niveau de 2021. Elles ont été largement suffisantes pour faire face à l’investissement très important qu’est la rénovation énergétique des bâtiments communaux soit 553 000€ dont 106 312€ sur fonds propres et un emprunt de 100 000€. Dépense effectuée en maintenant un excédent budgétaire de 253 432, 84€ (281 413, 05€ en 2021) auquel il faut rajouter les 38 000€ de la ligne dépenses exceptionnelles (50 000€ en 2021) !


Nous déclenchons une levée de boucliers de la majorité municipale ! « L’excédent permet d’avoir des emprunts avec de bons taux ! » nous disent en cœur Mme le maire et la secrétaire de mairie, venue défendre le budget face à l’opposition. « On ne veut pas faire comme à la communauté de communes qui ne pourra bientôt plus emprunter ! » Rajoute notre première magistrate. La secrétaire de mairie n’est pas en reste : « On nous dit même dans les stages d’augmenter les taux ! On pourrait avoir un coup dur comme l’augmentation des carburants ! » Une conseillère nous explique qu’une collectivité « c’est comme dans une entreprise, il faut faire des bénéfices ! » Un autre conseiller brandit le spectre d’un possible « déficit qui serait dénoncé dans le journal ICI ! »


Nous voulons connaître le taux d’endettement actuel de la commune qui nous semble pas très important ainsi que sa capacité d’autofinancement, pour pouvoir avoir une idée plus précise des moyens dont elle dispose pour faire face à l’avenir. La majorité municipale ne nous donne aucun de ces renseignements ô combien utiles. Nous soulignons que les finances communales ne supporteront pas d’investissement aussi important que la rénovation énergétique tous les ans. Nous pensons que le budget communal tel qu’il est, pourra permettre à la commune de financer un chauffage au fioul plus cher des bâtiments communaux pour un an encore, avant de passer à la biomasse après 2023.
Précision de la rédaction: ICI n’est pas contre l’augmentation des impôts locaux à condition qu’elle réponde à la nécessité de financer des services à la population à moindre prix. Illats n’est absolument pas dans ce cas de figure.


Nous votons contre l’augmentation des impôts. La majorité municipale vote pour.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.