Compte rendu du conseil municipal du 27 mai 1


A l’arrivée, Illats demeure la seule commune qui n’a toujours pas attribué de rôle bien précis à ses adjoints !!!

1-Election du maire
Philippe Dubourg présente sa candidature. Gilles Baillet pour la liste Agir Ensemble pour Tous les Illadais présente la sienne et lit la déclaration suivante :
« Ma candidature au poste de maire s’inscrit dans la déclaration rédigée en commun avec mes colistiers Sandrine Briffaux et Bernard Sengayrac.
Nous souhaitons aborder la question des fonctionnements démocratique et républicain ainsi que le respect des droits des élus d’opposition au sein de notre conseil municipal.
Les élus que nous sommes ont exactement la même légitimité que les autres élus.
M. le maire sortant, vous avez l’obligation légale de fournir à tous les élus le même niveau d’information. Vous n’avez pas rempli ce devoir !
Nous vous avons adressé deux courriers auxquels vous n’avez pas répondu.
Le premier contenait une offre de collaboration pour la fabrique et la distribution de masques dans l’intérêt et la santé des Illadais. Non seulement vous avez ignoré notre proposition, mais vous nous avez mis à l’écart de ce que faisait la municipalité alors que nous sommes membres du conseil municipal.
Sur le second courrier, nous demandions des informations au sujet des conditions de la reprise scolaire, vous avez refusé de nous les fournir !
Ce ne sont pas 52voix d’écart qui vous autorisent à mépriser ainsi les élus que nous sommes. Le maire d’Illats doit être le maire de tous les Illadais !
C’est parce que nous voulons que ces principes soient appliqués, que je présente ma candidature comme maire. »

M. le maire sortant prend à partie un membre de l’opposition avant même qu’il puisse s’exprimer : « Vous êtes là pour mettre la pagaille ! » et s’attire la réplique suivante :
« Quoi ! Quand l’opposition prend la parole vous parlez de pagaille ? Mais vous ne nous empêcherez pas de parler ! ça ne va pas durer ainsi pendant six ans ! »
Puis il poursuit :
« Plutôt que m’écrire vous n’aviez qu’à venir me rencontrer en mairie ! Ma porte vous est ouverte ! » (Au moment où nous avons écrit ces lettres nous étions en confinement… NDLR)
Pour les masques : « Vous avez lancé les masques avant nous sans nous prévenir ! »
Pour l’absence d’information sur la réouverture de l’école d’Illats : « J’ai fait des réunions avec la directrice, les enseignantes, les personnels et les représentants des parents d’élèves. Ca suffisait ! Pour connaître les détails de l’organisation, vous n’aviez qu’à lire le site internet de la commune ! » ( Après des recherches sur le site de la commune, nous n’avons trouvé aucun document relatif au déroulement de la réouverture de l’école… NDLR)
Nous lui répliquons :
1- « L’atelier masques est une initiative citoyenne qui dépasse très largement le cadre de l’opposition municipale. Cette initiative n’est pas partisane. Elle a d’ailleurs été animée par des femmes et des hommes qui ne sont pas engagés. Vous auriez répondu favorablement à notre demande de collaboration, nous aurions travaillé ensemble sans arrière pensée, pour la santé des Illadaises et des Illdais. »
2- « Il n’est pas normal que l’opposition ait été absente de ces réunions préparatoires à l’ouverture de l’école. Le gouvernement avait imposé aux maires un devoir d’information de tous les anciens et des nouveaux élus ! Les élus n’ont pas à attendre de lire une information aussi importante sur le site internet municipal! »
M. le maire sortant attaque : « C’est comme sur votre site internet. Vous dites bien légèrement que je n’aurais pas accepté les masques du Conseil Départemental ! Alors que nous les recevons seulement demain ! Captieux (la commune du président du Département NDLR) les a reçus il y a presque un mois ! »
Nous lui rétorquons : « La distribution des masques du Département s’est faite dans notre canton les 16 et 17 avril dernier ! C’est à ce moment là qu’Arbanats a reçu ces masques ! Il y a une semaine, Illats recevait selon Sud-Ouest , les masques de la Communauté de Communes produits par Bordeaux-métropole. Qu’en avez-vous fait ? »
M. le maire sortant, exaspéré, nous lance : « Ces masques ont coûté les yeux de la tête ! Ecoutez si vous voulez distribuer les masques que l’on va recevoir, faites-le ! De toute façon, les votre et les notre ont pu avoir des masques ! »
Nous nous engageons à le faire. Nous passons au vote. Le maire sortant est réélu pour son huitième mandat.

2-Election des adjoints
Le conseil vote le nombre d’adjoints : il y en aura quatre comme lors du mandat précédent. M. le maire présente sa liste de quatre candidates et candidats : Peigney, Pédurand, Buzos et Lagardère. Il nous demande si l’opposition veut présenter sa liste. Nous lui faisons remarquer que nous ne sommes que trois et que par conséquent nous ne pouvons nous présenter puisqu’il faut une liste complète…
Nous l’interpellons :
« Nous allons voter pour quatre noms mais que vont faire ces quatre nouveaux adjoints ? On ne connaît pas leurs attributions. D’autant plus qu’il serait intéressant que la commune ait un adjoint aux finances ne serait-ce que pour présenter le budget communal. Depuis quelques mandats, le budget et le compte administratif sont présentés sans aucune clarté. Si vous avez un ou une élue qui a des compétences en comptabilité pourquoi la mairie ne lui financerait-elle pas une formation en finances publiques gestion des collectivités territoriales ? Mais nous ne pouvons pas débattre de cela puisque nous ne connaissons pas les attributions des adjoints. »
M. le maire nous dit :
« J’entends ce que vous me dites mais vous connaîtrez plus tard les attributions des différents adjoints. »
Désappointés, nous signalons au conseil le fait suivant :
« Nous avons vu au Basque, sur les lieux des inondations, un nouvel élu se présentant comme l’adjoint à la voirie… Est-ce normal alors qu’il n’était pas encore élu par le conseil municipal et que du reste, même aujourd’hui, nous ne connaissons pas les attributions des adjoints… »
Cette « révélation » déclenche une tempête…Mme l’ancienne troisième adjointe vient au secours du nouvel élu très énervé, en nous expliquant qu’ « il était intervenu en tant que simple élu comme j’avais pu le faire dans mon quartier deux semaines auparavant. J’étais adjointe aux affaires scolaires. Je suis quand même venue.»
Nous soulignons dans ses propos qu’elle était élue sortante qui plus est adjointe, donc légalement, elle pouvait intervenir. Par contre un nouvel élu non investi, ne peut pas se prévaloir d’être adjoint à la voirie. C’était à l’adjoint à la voirie précédent de finir son mandat. Mais nous n’aurions pas parlé de ce fait si nous avions élu ce soir l’adjoint à la voirie…
Une conseillère de la majorité municipale prend la parole :
« Etant donné qu’il y a contestation, la transparence dans les attributions des adjoints me semble nécessaire. »
Nous ne pouvons qu’acquiescer. Reste les deux conseillers délégués qui doivent être nommés. Qui sont ils ? Que vont-ils faire ? Nous n’en saurons rien…

3-Vote des indemnités des élus
Indemnité du maire : 2 006, 93€/mois
Indemnité des quatre adjoints : 616, 08€/mois chacun
Indemnité des deux conseillers délégués : 308, 04€/mois chacun
Total par mois : 5 087, 33€

4-Délégations consenties au maire par le conseil municipal
M. le maire veut absolument les faire voter pour montrer qu’il est un « démocrate ». Nous indiquons que selon le Code général des collectivités territoriales, ces délégations sont automatiques et qu’elles doivent simplement être présentées au conseil municipal. Si M. le maire devait être mis en minorité sur ce vote, ces délégations s’appliqueraient quand même.

5-Délibération donnant autorisation à M. le maire en cas de recrutement d’agents non titulaires

6-Charte de l’élu local
M. Le maire procède à la lecture de la charte de l’élu local. Nous en profitons pour lui demander de nous envoyer en même temps que la convocation, les projets de délibérations. Il promet de « faire un effort ».

7-Suspension du loyer du fournil en raison de la crise sanitaire durant trois mois
Nous réagissons : « Et les autres commerçants ? Que vont-ils devenir ? » Pour répondre à cette question, nous faisons la proposition suivante :
La création d’un fonds municipal de solidarité aux commerçants qui serait abondé par une partie de l’excédent budgétaire et les indemnités perçues par les élus.
M. le maire reprend la parole : « Mon prédécesseur versait ses émoluments de maire à la cantine scolaire. Mais c’était un autre temps !(1) La communauté de Communes a prévu de créer un fonds de solidarité financé en partie par le budget de la CdC et par le budget des communes. » (Le CdC Convergence Garonne regroupe 28 communes. Le nombre de commerçants concernés est donc très important. Par conséquent, l’aide qu’ils pourront percevoir risque d’être minime. Aussi nous considérons que notre proposition reste pertinente. NDLR)

8-Nous intervenons : « nous ne délibérons pas sur l’état de catastrophe naturelle comme c’était prévu ? »
M. le maire nous répond : « Il n’y a pas besoin de délibérer. Une simple demande sur internet suffit. »
Nous l’interrogeons de nouveau : « Pour quels bénéfices pour les Illadais touchés par les inondations ? »
M. le maire précise : « Les Illdais qui ont subi des dégâts, devront les faire estimer pour obtenir des indemnisations. »

(1) Lu dans Sud-Ouest Dimanche 24 mai 2020: ça se passe ailleurs…





Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Compte rendu du conseil municipal du 27 mai

  • Bernard Sengayrac

    Le site de la commune ! Il faut le consulter pour y croire…C’est à peine un mauvais blog des années 1990, aucune logique ergonomique, aucune visibilité des informations en une, bref complètement dépassé. Et pourtant il paraît qu’il a coûté cher ! (nous nous renseignerons…). C’est le reflet du « dynamisme » de cette équipe !