Contournement d’ILLATS: 1er Volet : L’impact environnemental de la circulation Poids Lourds


Qu’il est difficile pour le citoyen lambda d’obtenir des informations sur les rejets polluants des camions… Pour les voitures, tout est plus ou moins affiché (avec des marges plus ou moins importantes d’erreurs). Les consommations, les rejets CO2 et quelques fois de NOx sont indiqués. Par contre, pour les camions rien, si ce n’est des effets d’annonce de réductions impressionnantes de rejets mais sans aucune base de comparaison.

Pourquoi ? Peut-être que le lobbying des transports routiers ne veut pas que certains chiffres soient affichés.

On peut trouver,malgré tout, des convertisseurs qui donnent un ordre d’idée :

  • Un camion de 12 tonnes consommerait environ 24 litres/100 kms et émettrait entre 63 et 73 kg de CO2
  • Un camion de 26 tonnes consommerait environ 30 litres/100 kms et émettrait entre 80 et 93 kg de CO2
  • Un camion de 35 tonnes consommerait environ 37 litres/100 kms et émettrait entre 98 et 113 kg de CO2

Sur cette base, une journée à ILLATS avec 400 Poids Lourds/jour équivaudrait alors à une production moyenne de 40 Tonnes de CO2 (dioxyde de carbone) rejeté uniquement par les camions.

Mais qu’en est-il des rejets autrement plus nocifs ?

 

Pour essayer d’avancer dans le raisonnement compte tenu de l’absence de données constructeurs, il convient d’utiliserles normes en vigueur pour essayer d’estimer les volumes de pollution dans le bourg (Barrouil est dans le même cas).

 

Par rapport à la norme Euro 5, la norme Euro 6 impose une réduction supplémentaire des valeurs limites de 80 % pour les oxydes d’azote, de 50 % pour les particules et de plus de 70 % pour les hydrocarbures. En 20 ans, les NOx auront été divisés par sept, le CO par sept, les HC par cinq et les particules par vingt. A la lecture de ces simples chiffres, tout semble parfait mais en tentant d’extrapoler ces normes par un calcul adapté, cela est moins flamboyant.Depuis plusieurs décennies, la demande d’un transport plus efficace favorise le développement de camions de plus en plus puissants. Au milieu des années 1970, une puissance de 350ch était considérée comme élevée. Aujourd’hui, il faut ajouter 100ch supplémentaires pour obtenir la puissance moyenne d’un camion de transport longue distance en Europe.

 

A)Conversion kilowatts/chevaux(Relation de base : 1 CV = 0,73539875 kW)

450 chevaux x 0,73539875 kW = 330,929 KW

B) Rejet d’un camion « euro 6 » de 450 CV suivant données officielles

  • NOX : 0,4 x 330,929= 132,37 grammes/h
  • CO : 1,5 x 330,929 = 496,39 grammes/h
  • HC : 0.13 x 330,929 = 43,02 grammes/h
  • Particules : 0.01 x 330,929= 3,30 grammes/h                                                                                                                                                                                       C) Emission quotidienne de gaz nocifs dans le bourg (cela peut aussi s’appliquer à Barrouil)sur le bord de la route de Landiras(base 400 PL/jours et une minute de traversée)sans vent, proche de la route et abstraction faite de la pollution automobile.

La masse de gaz polluant sera (entre autre)de 0,882 Kg de Nox, 3,309 kg de CO, 0,286 kg d’Hydrocarbure et 0,022 kgde particules chaque jour. Bien sûr, il faut pondérer ces données brutes par la dispersion dans l’atmosphère qui entraîne une dilution de ces gaz ou bien par ledépôt des rejets lourds sur façade ou sol. Seulement, l’effet de parois de ces mêmes façades en centre bourg limite cette dispersion.

Qu’il fait bon respirer l’air pur de la campagne, ces chiffres ne tenant pas compte de la pollution automobile.

Ceci bien évidemment dans le meilleur des cas avec des camions récents et respectueux des normes maisà la lecture de certaines articles, quelques doutes sont émis ….

D) ….. « Avec un tel durcissement des normes, un poids lourd de 40 t consomme désormais entre 1,5
et 2 litres d’AdBlue(additif à base d’urée destiné à baisser le % de NOx) aux 100 km.À 0,55 €/l, et en considérant que ce genre d’engin parcourt en moyenne 100 000 km/an, cela représente un budget annuel de 1 000 €, environ, rien que pour l’additif de dépollution. Faites le compte avec une flotte de 200 camions… Se passer d’AdBlue est donc très tentant.Or, si le calculateur détecte un dysfonctionnement du système SCR, le moteur ne peut pas démarrer. Qu’à cela ne tienne, des sociétés peu scrupuleuses ont développé des logiciels “tueurs d’AdBlue”. Suite à une enquête de l’association des entreprises de transport allemande, Camion pro, 20 % de l’ensemble des camions circulant sur les routes allemandes en seraient équipés. C’est un énorme « dommage environnemental », commente Andreas Mossyrsch, président de Camion pro. Car un camion Euro 6, dont on a neutralisé le système SCR, émet plus de NOx qu’un camion Euro 3. »

E) Glossaire

NOx : Le dioxyde d’azote est un gaz irritant pour les bronches. Des expositions prolongées à des doses élevées entraînent des troubles respiratoires ou encore des œdèmes pulmonaires. Les personnes asthmatiques et les jeunes enfants sont plus sensibles à ce polluant.

 

CO : Le CO (oxyde de carbone) est un gaz toxique, inodore, incolore, à peine plus léger que l’air et se mélangeant donc très vite avec celui-ci. Sa fréquence augmente en hiver, en particulier en cas de brouillard. La toxicité du CO est fonction de la dose absorbée (il s’agit toujours et exclusivement d’une absorption respiratoire). Il pénètre très librement et très rapidement jusqu’aux alvéoles pulmonaires, de sorte que la quasi-totalité du CO inhalé est absorbée dans le sang.

 

HC : Présents en nombre dans les gaz d’échappement, les hydrocarbures sont des composés de gaz, comme l’hydrogène et le carbone. Certains d’entre eux sont cancérigènes, d’autres gênent essentiellement par leur odeur.

 

Particules : Les effets sur la santé des particules dépendent d’une part de la granulométrie (elles pénètrent d’autant plus profondément dans l’appareil respiratoire que leur diamètre est faible) et de leur composition chimique. Les particules fines sont les polluants les plus importants en termes d’impacts sanitaires car ils ont pour effet d’agglomérer les polluants de l’air (dont les métaux lourds, etc.) qui s’accumulent dans l’organisme. L’exposition aux particules dans des niveaux de concentrations supérieurs au seuil de l’Organisation mondiale de la santé (c’est-à-dire supérieur à 10 µg/m3) entraîne une perte d’espérance de vie.

 

 

En conclusion, suite à cette circulation massive qui s’étend maintenant au samedi, c’est un problème de santé majeur pour les habitants de cet axe. Bien sûr, les chiffres annoncés ne sont que purement théoriques et ne sont transmis que pour informer/réagir le lecteur.

Pourquoi alors ne pas faire faire une mesure des polluants par un bureau d’étude dans le Bourg et à Barrouil sur une semaine à l’identique de certaines agglomérations? Cela coûte cher nous répondra-t-on … Peut être…Mais la santé des Illadais, surtout des plus jeunes et des séniors, n’est pas négligeable !

 

Au prochain numéro, le 2eme volet : Sécurité dans le bourg

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.