La Lyonnaise est reconduite pour 12 ans…


Il fallait s’en douter… Nos élus du syndicat des eaux de Budos ne peuvent envisager autre chose qu’une gestion privée du service public de distribution d’eau. Nous avons donc reçu fin juillet un courrier nous annonçant la nouvelle : nous reprenons pour 12 ans de Lyonnaise des eaux… Cette lettre était accompagnée du Règlement du service de l’eau et de La Synthèse de l’année 2015 de l’étude de qualité de l’eau sur le syndicat des eaux de Budos, qui fait montre d’une certaine transparence. Mais, aussi louable que soit la démarche, elle n’en est pas moins très incomplète.

Le syndicat ne nous dit rien sur le prix de l’eau ni sur l’état de son énorme excédent budgétaire…

Dans la lettre ouverte que nous avons distribuée en décembre 2015, nous demandions au syndicat d’informer les usagers des incidences des négociations pour le renouvellement du contrat sur le prix du service et qu’il nous dise ce qu’il comptait faire de l’excédent dans ses caisses – qui était alors de 984 682, 02€. Aucune réponse à nos questions dans ce qu’il nous a envoyé! Pourtant, le syndicat des eaux détient ces chiffres qui concernent au plus haut point tous les usagers et pourrait les communiquer même si le rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de la distribution d’eau n’a pas encore été voté. Il en est de même avec l’excédent budgétaire qui continue de croître. Il faut savoir que l’essentiel de ce que nous payons au syndicat dans nos factures sert à alimenter un magot qui se monte, d’après le compte administratif voté le 14 avril dernier, à 1 098 524, 46€ !!! La faiblesse des investissements est la cause de cette croissance. Mais demain, si le syndicat doit fusionner avec d’autres communes voisines, conformément aux injonctions préfectorales, que va devenir tout cet argent ? La logique voudrait qu’il soit reversé aux usagers sous la forme de réductions de factures…

Quels recours contre les coupures d’eau ?

Le règlement du service de l’eau que nous avons reçu, est un document très utile en cas de litige. Il décrit notamment les cas où le distributeur – c’est-à-dire la Lyonnaise des eaux – procèdera à des coupures d’eau. Or, l’eau est maintenant un bien vital reconnu par la loi du 15 avril 2013, et à ce titre, son décret d’application en date du 27 février 2014, interdit désormais à un distributeur de couper l’alimentation en eau dans une résidence principale, même en cas d’impayé. Mais selon l’association France Libertés et la Coordination Eaux Iles de France, plusieurs opérateurs d’eau continuent de couper l’eau à leurs clients, ou n’ont pas rétabli l’eau qu’ils avaient coupée à des clients avant l’entrée en vigueur de la loi. Cet été, la SAUR a été condamnée à deux reprises pour des coupures jugées illicites selon France Libertés. La Lyonnaise des eaux ne pourra pas échapper à la loi elle aussi…

Une légère augmentation de l’assainissement collectif

Lors du conseil municipal du 11 juillet, M. le maire nous présentait très brièvement le rapport sur la qualité et le prix de l’assainissement collectif réalisé par la SAUR, le délégataire du service. Après une étude précise, ce rapport montre que le montant d’une facture moyenne de 120 m3 a légèrement augmenté de 37 centimes d’euro cette année passant de 454, 36€ à 454, 73€. Ceci est dû à l’augmentation de 60 centimes de la redevance de modernisation des réseaux de collecte prélevée par l’Agence du bassin Adour-Garonne. Par contre, la commune d’Illats n’a pas augmenté sa part et bonne surprise, la SAUR a même baissé la sienne de 27 centimes après l’avoir augmentée de 21, 92€ l’an dernier. Ce que nous dénoncions avec force dans notre lettre ouverte de décembre 2015. Comme quoi la vigilance que nous exerçons peut limiter les appétits de l’entreprise délégataire, pour le plus grand bien de tous les usagers !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.