Le retour d’un médecin à Illats doit s’insérer dans une démarche municipale de promotion de la santé


 

La réunion publique a eu lieu vendredi 20 mai autour de la proposition faite lors des dernières élections de faire revenir un médecin à Illats.

Le Dr. De Gabory, médecin à Cadillac, a accepté notre invitation, et est venu échanger avec nous autour de ce sujet.

Un état des lieux de la commune est dressé. La population illadaise présente deux caractéristiques démographiques : le vieillissement des habitants constituant le noyau historique et un rajeunissement dû à un renouvellement de la population depuis quelques années. Il y a maintenant 1330 habitants dans notre commune mais plus de médecin depuis six ans. Des infirmières libérales font des consultations sur Illats. Une autre y habite mais exerce ailleurs, tout comme trois kinésithérapeutes et un docteur qui ont des cabinets dans les villages aux alentours. Les Illadais se font soigner par des médecins de l’ancien canton de Podensac. Mais bon nombre de ces praticiens vont partir à la retraite ou sont actuellement surchargés de travail.

Le Dr. De Gabory nous a présenté l’évolution de la médicine générale ces quinze dernières années. Il a souligné que la médecine générale en zone urbaine et périurbaine devient une médecine de groupe, c’est-à-dire que de moins en moins de médecins s’installent seuls mais choisissent de travailler à plusieurs. En effet, ils souhaitent pouvoir séparer leur vie professionnelle de leur vie privée. Ils ne veulent pas toujours vivre près de leur lieu d’exercice.

Le médecin généraliste dispense des soins primaires ambulatoires, c’est lui qui reste le plus proche des gens. Le Dr. De Gabory a insisté sur le fait qu’il fallait se poser la question de la santé à Illats à partir de la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé (voir encadré ci-joint).

La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. La citation bibliographique de cette définition est la suivante: Préambule à la Constitution de l’Organisation mondiale de la Santé, tel qu’adopté par la Conférence internationale sur la Santé, New York, 19 juin -22 juillet 1946; signé le 22 juillet 1946 par les représentants de 61 Etats. (Actes officiels de l’Organisation mondiale de la Santé, n°. 2, p. 100) et entré en vigueur le 7 avril 1948. La définition n’a pas été modifiée depuis 1946.

Il a souligné que le problème de la santé c’est 90% l’environnement et 10% le médecin. Il est donc nécessaire d’impulser au niveau municipal une réflexion élargie au milieu dans lequel les personnes vivent (l’accès aux loisirs, au sport, la pratique de l’activité physique, la possibilité de se déplacer, protéger l’environnement pour faire face aux pollutions et aux nuisances sonores…). Le médecin complète ce cadre de vie mais ne le remplace pas.

Le Dr. De Gabory a également montré que l’implantation d’un médecin n’est pas qu’une question de revenus. Il est fort possible qu’une fois installé, il ne parvienne pas à répondre à la demande de soins et sera forcément dépassé. Pour éviter cela, il faut construire une démarche de territoire avec les autres médecins de la Communauté de Communes de Podensac pour organiser les soins. Ainsi, il sera plus facile de retenir un médecin à Illats.

L’association Information des Citoyens Illadais s’engage à créer une rubrique santé dans les pages de son journal et à lancer des actions pour promouvoir la santé au niveau communal.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.