Questions diverses présentées par l’opposition lors du conseil municipal du 14 décembre


Nous avions posé trois questions diverses.

1-Conseil municipal des jeunes
Mme le maire nous dit qu’elle a appris que l’on a eu « une réunion » avec Mme la directrice de l’école au sujet de la constitution d’un conseil municipal des jeunes.
Nous faisons au conseil municipal le compte rendu de la discussion que nous avons eue. Un projet pédagogique va voir le jour. Il s’inscrit dans le programme de géographie qui aborde la commune. Il concernera deux classes allant du CE 2 au CM2. Il aboutira à la rédaction d’un document court et concret qui s’adressera à tous les jeunes de la commune pour leur démontrer l’utilité d’un conseil municipal des jeunes et encourager leur participation.
Mme le maire se demande comment les élèves qui sont au collège (de 11 à 14 ans) pourront être touchés par la création du conseil municipal des jeunes.
Nous lui faisons remarquer que les enfants de l’école ont souvent des grands frères ou des grandes sœurs plus âgés. Ils sauront s’adresser à eux. Et le bouche à oreille fera le reste. D’autant plus que le document sera distribué dans toute la commune. Le conseil municipal devra délibérer en faisant voter un règlement de la nouvelle instance qui pourra bénéficier d’une subvention pour la réalisation de ses projets. La mairie sera obligée de faire une réunion publique pour expliquer aux jeunes et leurs familles intéressés ou non comment ça marche. Par conséquent, le document que nous avions proposé de rédiger pour présenter aux jeunes leur conseil municipal, est inutile. Mieux vaut que ça viennent d’eux plutôt que ça ne leur soit imposé par les adultes.

2-Les relations entre les prestataires privés avec la mairie
Mme le maire ne comprend pas cette question car la mairie ne travaille qu’avec deux prestataires privés : la société qui fait les vitres de l’école et celle qui nettoie la salle de sports. M. le premier adjoint dénonce le fait que l’opposition ait publié une rumeur dans son dernier journal. « C’est toujours la même société qui nettoie la salle. Elle a changé d’équipe de travail à ma demande et le résultat est positif. Le nettoyage est mieux fait. » Nous disons que nous publierons un rectificatif dans le prochain journal (voir justificatif sur le site) et demandons à combien s’élève le montant du contrat liant la mairie à cette société car il s’agit pour nous d’une dépense inutile car le travail pourrait être fait par les employés municipaux comme il y a une dizaine d’années. M. le troisième adjoint s’oppose au fait de faire nettoyer la salle par les ouvriers municipaux. Il incrimine les Bleuets d’Illats dont « les bénévoles ne nettoient pas la salle. » Nous lui faisons remarquer que la salle est l’équipement municipal de loin le plus utilisé : des centaines de personnes y vont chaque semaine ( l’école, le tennis, le basket). Tout cela multiplie les occasions de salir la salle alors que les bénévoles qui l’utilisent font ce qu’ils peuvent pour la maintenir propre. Nous redemandons quel est le montant du contrat liant la mairie à la société de nettoyage. M. le premier adjoint nous répond : « je ne m’en souviens pas ! »…
Nous poursuivons le débat sur cette question diverse : « Dans le dernier bulletin municipal, une entreprise privée apparaît dans sa conception. Quel est le contrat qui la lie à la mairie ? Pour quel montant ?»
Mme le maire nous répond qu’ « aucun contrat n’était conclu entre l’entreprise et la commune. Elle nous fera simplement des travaux à la demande. Son intervention dans le dernier journal s’est bornée à la mise en page. Cela nous a coûté 250€. Ce n’est pas elle qui l’a imprimé. »
Nous l’interrogeons de nouveau : « Alors qui a fait les impressions ? » Pas de réponse.
Nous continuons notre questionnement sur le même thème : « Le site internet de la commune est-il tenu par un bénévole ou un prestataire privé ? »
Après un moment de silence, Mme le maire nous parle d’un « contrat liant l’ancien maire à l’animateur du site », conclu « pour une durée de six ans », « sans passer par le conseil municipal » dont « on ignore le contenu ». « A l’heure actuelle, on ne sait pas si c’est un prestataire privé ou un bénévole qui gère le site internet. » Nous dit-elle en conclusion… (lire notre post précédent : Pour une ligne budgétaire communication détaillée dans le prochain budget communal)

3-Le nouvel adressage
Nous avons découvert dans le dernier bulletin municipal que des réunions avec La Poste avaient eu lieu pour mettre en place le nouvel adressage. Un groupe de travail avait été constitué lors du dernier mandat (2014-2020) comprenant un représentant de l’opposition.
Mme le maire nous explique que les réunions ont porté sur la nécessité de répertorier tous les quartiers et les impasses. Une réunion publique serait envisagée. Elle souligne la présence d’une élue de l’opposition à ces réunions qui se sont tenues. Or la personne citée n’a siégé qu’une année au conseil municipal au début du nouveau mandat avant de démissionner. Sa présence aux réunions n’avait qu’un caractère professionnel. Nous insistons pour qu’un ou une membre de l’opposition soit présent(e) à ces réunions. Mme le maire finit par nous proposer une place. Comme la prochaine réunion aura lieu vendredi 28 janvier à 10 heures, ce sera Antoinette Bouhourd qui y représentera l’opposition.








Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.