Pourquoi le prix de l’eau reste élevé à Illats ?



Le syndicat des eaux de Budos qui gère la distribution d’eau courante, maintient depuis le 1er janvier 2015 sa part à 82, 95€ pour une consommation de 120 m3. La part de la commune d’Illats dans l’assainissement collectif vient de connaître deux baisses : -17, 39% lors du renouvellement du contrat en septembre 2019 et -10% en juillet 2021. Malgrè cela, le prix du m3 reste à des niveaux élevés : 5, 87€ le m3/ 120 m3 en juillet 2021 contre 6, 03€ en janvier 2021.
L’explication est simple : les collectivités stabilisent ou baissent leurs prix alors que les entreprises délégataires les augmentent régulièrement…

Commençons par la distribution d’eau. Suez prélevait 115, 21€ en 2018 pour une facture de 120 m3. Trois ans plus tard, sa part est maintenant de 128, 24€ soit une augmentation de 11, 30%. Si l’on observe l’évolution des prix pratiqués par l’entreprise depuis janvier 2012, on constate que la renégociation en 2015 du contrat par le syndicat des eaux de Budos avait entrainé une baisse significative de la part de Suez : celle-ci était de 127, 18€ en janvier 2015, elle n’est plus que de 112, 27€ en janvier 2016 soit une diminution de 11, 72%. Cinq ans après, Suez a rattrapé et dépasse maintenant les prix qu’elle pratiquait avant la renégociation du contrat !


La SAUR se taille la part du lion dans l’assainissement collectif ! Depuis 2012, l’entreprise a augmenté ses prix de 55, 90% ! En janvier 2012, pour une consommation de 120 m3, l’entreprise délégataire prélevait 119, 01€. Dix ans plus tard, cette somme atteint 212, 13€ ! Depuis le renouvellement du contrat de l’assainissement collectif en septembre 2019, la part de la SAUR a dépassé celle de la commune d’Illats : elle est actuellement la principale bénéficiaire de nos factures d’eau ! Cette montée en puissance sur dix ans s’est faite en deux temps : en janvier 2015, le délégataire avait augmenté – sans aucune raison – ses prix de 21, 92€, et lors de la renégociation du contrat de l’assainissement en septembre 2019, l’augmentation avait été encore plus forte : 23, 82€.


A chaque fois que la commune réduit sa part d’assainissement collectif pour faire baisser la facture d’eau, la SAUR et Suez augmentent la leur. En novembre 2013, à quelques mois des élections municipales de mars 2014, la majorité municipale – pour nous couper l’herbe sous le pied – diminue spectaculairement la part communale de 113, 04€ soit 35% ! L’année suivante, la SAUR augmente la sienne de 21, 92€… Le prix du m3 était retombé en 2014 à 5, 87€. Il bondit à 6, 14€ en janvier 2015 ! Même scénario après le renouvellement du contrat de l’assainissement collectif en septembre 2019. Non seulement la SAUR a augmenté ses marges de 23, 82€ comme nous l’avons vu, mais elle a poursuivi dans sa goinfrerie en janvier 2021 en prélevant 6, 73€ de plus…Au même moment, Suez décidait également d’augmenter sa part de 3, 95€ par rapport à 2020 (13, 03€ par rapport à 2018). Le prix du m3 qui avait légèrement baissé en janvier 2020 (5, 94€ contre 5, 96€ en 2018), franchit la barre des 6 €, en atteignant les 6, 03€ en janvier 2021. La diminution de 10% de la part communale qui s’applique depuis le mois de juillet, l’a fait retomber à 5, 87€. Pour combien de temps ?

Que faire pour sortir de cette situation qui n’a que trop duré ? Le syndicat des eaux de Budos se met à parler d’étudier la faisabilité d’une régie et se projette à 2026 pour la réaliser. La loi NoTRE dont le vote des conseils municipaux a repoussé l’application à 2026 au sein de Convergence Garonne, prévoit le transfert de la gestion de l’eau aux intercommunalités, avec le risque de mettre fin aux régies intercommunales et de les concéder à des entreprises privées. Il faudra veiller à ce que toute la bonne volonté dont semble faire preuve le Syndicat des eaux de Budos, se concrétise le plus rapidement possible. Mais la dépendance d’Illats aux délégataires privés ne pourra véritablement sauter que si la commune dénonce le contrat qu’elle a signé avec la SAUR. En attendant, la majorité municipale ferait bien d’arrêter de soutenir la politique tarifaire pratiquée par cette entreprise. Plutôt que de venter « la qualité du travail de la SAUR » qui justifierait les prix qu’elle pratique, elle ferait mieux de contrôler sérieusement l’évolution des prix en question ainsi que la facturation. Pour faire cela, il n’y a pas besoin d’un expert rémunéré, mais il faut simplement avoir la volonté de ne plus se laisser faire !

PS: Les prix du m3 sont sur 120 m3. Ils augmentent fortement avec des consommations plus basses.


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.