Visite des quartiers du Caméou, Peyrey et du Sable


Samedi 18 janvier, nous avons rencontré les habitants des quartiers du Caméou, du Peyrey et du Sable. Trois heures de visite et de discussions denses et riches en informations.

1-Compteurs Linky: une habitante du Caméou nous interpelle sur leur installation. Elle a peur qu’en refusant leur installation aujourd’hui, elle soit obligée de payer plus de 60 euros dans deux ans, lorsqu’ils seront obligatoires. Nous lui répondons que c’est une menace du sous-traitant  d’EDF et qu’elle n’aura aucune raison valable de changer son compteur

électrique dans deux ans s’il fonctionne parfaitement. Nous lui disons que Linky émet des ondes et que c’est un bon moyen de nous fliquer. Par contre, nous comprenons sa peur de payer l’installation du compteur à cause de la modestie de ses revenus.

2-Elle nous signale que les camions des éboueurs roulent trop vite dans le bas du quartier. Nous l’informons qu’avec l’agrandissement de la COVED, le trafic routier va augmenter de 40 camions par jour sur la route du Sable qui dessert la zone industrielle.

3-Nous rencontrons un habitant qui a sa maison derrière la zone industrielle intercommunale. Il nous dit que « c’est n’importe quoi sur cette zone ! il y a eu deux incendies à cause des vieilles voitures stockées par le garage de Cérons sur un espace prêté par Intermat. En plus, au fond de mon terrain, côté zone, on a posé un remblai de 15 m de haut! J’en ai parlé au maire. Il m’a conseillé d’en parler à Intermat pour que cela cesse mais rien n’y fait ! » Nous lui disons d’adresser un courrier au vice-président chargé de l’économie et des zones industrielles au sein de la communauté de communes Convergence Garonne. C’est lui qui a la compétence pour intervenir. Nous lui précisons d’envoyer ce courrier sous pli recommandé avec accusé réception et de l’accompagner de photos pour illustrer son propos.

4-Il nous signale également que les installations France Télécom sont saturées et qu’Internet a un faible débit et subit des coupures. Nous évoquons le problème des zones blanches à faible débit internet sur la commune dont font partie les quartiers du Basque et du Merle. Cela fait des années que cette situation est dénoncée par les habitants. Nous allons intervenir auprès de Gironde Numérique pour qu’enfin tous les habitants du secteur puissent accéder correctement à internet.

5-Pour lui le réseau électrique est « moyen ». Il nous indique que des arbres sont couchés sur la ligne électrique au Sable. Un autre habitant souligne que les fils du téléphone sont également menacés par les arbres.

6-Il nous parle du trafic de poids lourds qu’il juge trop important et trop dangereux dans le bourg d’Illats lorsqu’il amène son fils à l’école. Nous lui faisons part de nos propositions pour améliorer la situation (contournement et plan de circulation pour les poids lourds).

7-Facture d’assainissement. Nous informons une habitante victime des factures salées de la SAUR des moyens dont elle dispose pour se faire rembourser des trop perçus par l’entreprise.

8-Le problème du nettoyage de la Gargale et de son écoulement. Normalement tous les propriétaires riverains du ruisseau doivent le nettoyer. C’est loin d’être le cas. La Gargale est captée par des trous de plus de 10 m de profondeur et ne coule plus en bas du Caméou ou par temps de très grosse inondation.

9-Longue discussion avec un habitant sur le réseau d’eau du Peyrey et du Caméou mais plus générale sur l’utilité des stations d’épuration. Il dénonce les cartes de réseaux qui sont fausses ainsi que la méconnaissance des sociétés fermières. Pour lui « les stations d’épuration présentent de graves dangers. Elles sont responsables de la pollution des nappes. La station de Barrouil pollue la nappe par ses rejets dans la Gargale. C’est pire lorsqu’elle déborde. A la station du Merle, l’eau polluée s’infiltre dans la nappe. De manière générale, les stations d’épuration concentrent et donc aggravent les pollutions. Les marchands de bêton nous les ont refourguées pour faire du fric…La solution que je préconise est le drain, c’est une évacuation bien protégée à proximité des habitations. Les rejets de pollution sont réduits et ils seront plus facilement absorbés par la nature qui reprendra très vite ses droits. »

De manière générale, les habitants de cette partie de la commune ont le sentiment d’être relégués et oubliés dans la commune. Beaucoup vivent à Cérons ou à Podensac et ne trouvent pas de raison de venir dans le bourg d’Illats.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.