Pourquoi peut-on encore éviter l’augmentation du prix de l’assainissement collectif ?


M. le maire dispose d’une marge de manœuvre pour faire baisser les prix sur nos factures : agir en diminuant la part communale que le conseil municipal vote tous les ans. La mobilisation des usagers peut contraindre notre premier magistrat à faire ce choix car les élections municipales approchent. Pour mémoire, la dernière fois qu’il a baissé la part communale, c’était en octobre 2013, à quelques mois des élections municipales de mars 2014. Il y avait alors des contestations des factures d’eau que nous avions relayées. Pour les faire taire et préparer les élections, il avait décidé de faire un geste… Les prix actuels peuvent donc être maintenus. Mais les problèmes de fond demeurent : 1- Illats est seule pour gérer son assainissement collectif face à une entreprise comme la SAUR. Notre commune est en position de faiblesse. La seule solution est qu’elle adhère à un syndicat et renégocie le contrat. Nous aurions préféré qu’elle adhère à la régie intercommunale de Preignac – Barsac – Toulenne, y compris pour la distribution de l’eau.

2- La SAUR est la grande gagnante : elle augmente ses bénéfices tout en réduisant ses missions d’entretien du réseau pour faire des économies…

A travers ces négociations, transparait une politique municipale très largement défavorable aux usagers, et cela depuis 1996, date de la réalisation de la première tranche de l’assainissement collectif. Le choix a été fait par notre premier magistrat qui était alors président du syndicat des eaux de Budos, de constituer une réserve financière importante pour préparer les futurs investissements. Pour cela, il a établi une part communale de l’assainissement collectif qui pèse très lourdement sur nos factures, faisant d’Illats la commune la plus chère Sud Gironde pendant de nombreuses années, avant que Budos et Pujols-sur-Ciron n’aient leur assainissement collectif et pratiquent la même politique… Moralité : le financement du réseau d’assainissement illadais a tenu grâce à la pression financière exercée sur quelques foyers…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.