Quel traitement des ordures ménagères pour la Communauté de Communes Convergence Garonne ? Des précisions s’imposent.


Contrairement à ce qu’affirmait M. le maire lors du conseil municipal du 24 juillet dernier, la communauté de communes Convergence Garonne n’a pas fait le choix « irrationnel » d’envoyer son tri sélectif à l’usine de traitement des déchets de Saint Denis de Pile – en construction – au détriment du centre d’Illats exploité par la COVED. Il n’existe aucune délibération votée ces derniers mois par le conseil communautaire allant dans ce sens.

Un élu nous a expliqué qu’il y avait « une réflexion qui est loin d’être tranchée. » Convergence Garonne est dans une situation complexe en matière de traitement des ordures ménagères. En effet, l’ancienne communauté de communes de Podensac appartient à l’UCTOM, Union communautaire pour le traitement des ordures ménagères de La Brède – communauté de communes de Montesquieu – et de Podensac. L’UCTOM envoie son tri sélectif au centre d’Illats appartenant à la COVED et fait incinérer une grande partie des déchets non recyclés par l’incinérateur Astria de Bègles.

Par contre, les communes de la rive droite faisant partie de Convergence Garonne n’ont pas du tout la même gestion des ordures ménagères que celles de la rive gauche. C’est là que le bât blesse. Cadillac et ses communes environnantes sont membres du SEMOCTOM, le syndicat de l’Entre-deux-mers ouest pour la collecte et le traitement des ordures ménagères. Ce syndicat regroupant plus de 80 communes veut envoyer ses déchets à l’usine de Saint Denis de Pile, arguant que l’usine de traitement d’Illats serait trop petite – même si la COVED est en train de l’agrandir, comme nous le verrons dans une prochaine publication.

La communauté de communes de Montesquieu ne veut pas aller à Saint Denis de Pile. Elle souhaite que l’UCTOM continue d’exister dans le cadre actuel. L’ancienne communauté de communes de Podensac est entre deux… A moins que les communes de la rive droite n’intègrent l’UCTOM dans une logique de proximité et d’économie de transports. L’écologie c’est aussi limiter le transport routier polluant. On est donc loin de l’explication caricaturale donnée par M. le maire le 24 juillet !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.