La municipalité conspuée par les parents d’élève


 

Lundi 31 août à 19 h, la municipalité avait organisé une réunion d’information sur l’organisation des Temps d’Activités Périscolaires (TAP) rebaptisés NAP pour l’année scolaire 2015-2016. Une bonne soixantaine de parents s’étaient déplacés à la salle des fêtes. Côté élus six chaises étaient prévues mais une seule est finalement occupée par Mme la quatrième adjointe chargée des affaires scolaires…

Le programme des TAP n’était pas la principale préoccupation des parents. Pendant plus d’une heure, les questions ont fusé de tous côtés en direction de Mme la quatrième adjointe sur la fin de la gratuité des TAP votée par la majorité municipale le 29 juin dernier. Et cette décision ne passe vraiment pas…

Des interventions ont remis en question la fin de la gratuité. La mairie va bénéficier pour l’année scolaire d’un Plan Educatif (PEDT) de Territoire qui lui permettra de doubler les aides qu’elle perçoit : 7 500€ pour 2014-2015, 15 000€ pour 2015-2016. Par conséquent, même avec plus d’intervenants professionnels, elle a largement les moyens de payer. Un parent lui a même demandé pourquoi le PEDT n’avait pas été mis en place dès septembre 2014. Mme la quatrième a alors expliqué qu’ « on s’était mis d’accord avec parents et enseignantes » pour ne pas faire de PEDT en 2014. » Elle a alors été immédiatement reprise : « Cela vous a été suggéré par les représentants des parents mais vous aviez trouvé cela trop compliqué à mettre en œuvre ! »

D’autre part, plusieurs personnes ont souligné que la mairie disposait d’un reliquat (excédent NDLR) budgétaire de plus de 157 000€ qui couvrirait sans problème les 8 000€ que devrait rapporter les TAP à la mairie. Mme la quatrième adjointe a alors éludé cette question, avant de dire : « Si vous n’êtes pas contente, vous n’avez qu’à déménager ! » Le public réagit par une bronca !

Elle s’emporte de nouveau lorsque des parents lui disent que la décision municipale est politique et non financière. « Nous ne faisons pas de politique ! » Hués dans la salle d’où est lancé « Dans ces cas là pourquoi ne faites-vous pas payer l’entrée à l’église si la mairie a besoin d’argent ? » Des parents proposent de faire des économies sur l’achat des cadeaux de Noël…

D’autres remarques lui sont faites : « Vous dites que le prix des TAP n’est pas élevé mais pour une famille ça cumulé avec l’augmentation des prix de la cantine plus d’autres dépenses, ça commence à faire ! Et puis l’année prochaine, vous allez certainement augmenter les prix ! » Mme la quatrième adjointe apporte des précisions qui irritent le public : le paiement des TAP se fera sous la forme d’un forfait de trois mois et ne tiendra pas compte de la présence. Un enfant présent une fois par semaine : ses parents paieront la totalité des trois mois…Elle a également dit que le médecin scolaire « n’avait pas donné son accord pour que les TAP des maternelles se fassent dans la salle du foyer. Donc les enfants resteront en classe une heure plus. » Là, une maman a craqué: « pas d’accord pour payer un TAP dans la classe avec l’ATSEM !! »

Le maintien de certains intervenants a été également contesté. L’agrandissement des locaux et les promesses municipales ont été très largement évoqués.

Face à une salle très largement hostile et à cours d’arguments, Mme la quatrième adjointe a fini par dire  qu’elle n’était « pas d’accord pour les faire payants » (les TAP NDLR), mais elle fait  » partie d’une équipe »… « alors… ben elle a voté pour. » Logique…

Mais attention !!! En envoyant seule au front sa quatrième adjointe, M. le maire a choisi de ne pas s’exposer. Il savait que la fin de la gratuité des TAP – votée le 29 juin dernier par sa majorité – ne passe pas du tout parmi les parents. Il a utilisé cette réunion comme d’un défouloir…Si les parents ne donnaient pas de suite à leur mécontentement, il aura réussi ce qu’il voulait : étouffer le mécontentement. Et contrairement à ce que vont affirmer les « défaitistes », il est toujours possible de faire retrouver la gratuité des TAP. La manifestation massive du 6 septembre 2014 avait obligé la municipalité à faire des TAP dont elle ne voulait pas et à relancer les travaux d’agrandissement du dortoir de la maternelle, bloqués depuis de longs mois…

 Article réalisé à partir des témoignages de participants.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.